Célébrer l'automne avec la sagesse du cheval

La réalité de notre époque nous met de plus en plus face à une destruction de l'équilibre de la nature, la surexploitation des ressources de la Terre, la disparition de la biodiversité animale et végétale.
L'état d'esprit de nos sociétés modernes a trop souvent donné la suprématie au mental pour des objectifs de productivité et d'enrichissement à tout prix!

Il devient urgent de trouver des solutions aux déséquilibres croissants...

La sagesse des Amérindiens et autres peuples premiers est une source d'inspiration pour nous accompagner vers un projet de vie qui respecte la Terre, la Nature et tout ce qu'elle nous a donné pour que nous puissions vivre.

QUE SOMMES NOUS PRÊTS A DONNER PLUTÔT QUE DE TOUJOURS PRENDRE?


Pour introduire notre moment d'intériorisation et de partage , je m'inspirerai de ce poème écrit par Chief Luther Standing Bear, (Teton Sioux)



The old people came literally to love the soil, and they sat or reclined on the ground with a feeling of being close to a mothering power.
It was good for the skin to touch the earth, and the old people liked to remove their moccasins and walk with bare feet on the sacred earth.

Their tipis were built upon the earth and their altars were made of earth.
The birds that flew in the air came to rest upon the earth, and it was the final abiding place of all things that lived and grew.

The soul was soothing, strengthening, cleansing, and healing.
This is why the old Indian still sits upon the earth instead of propping himself up and away from its life-giving forces.
For him, to sit or lie upon the ground is to be able to think more deeply and to feel more keenly.

He can see more clearly into the mysteries of life and come closer in kinship to other lives about him.

terre_d_automne.JPG

Les Anciens aimaient la terre littéralement, et ils s'asseyaient et s'allongeaient sur le sol avec un sentiment d'être proches d'une force maternelle.

C'était bon pour la peau de toucher la terre, et les Anciens aimaient ôter leurs mocassins et marcher pieds nus sur la terre sacrée.
Leurs tipis étaient construits à même la terre et leurs autels étaient faits de terre.
Les oiseaux qui volaient dans les airs venaient se reposer sur la terre, et c'était l'endroit final indéfectible pour tous les êtres qui vivaient et croissaient.
L'âme s'apaisait, elle prenait de la force, elle se purifiait et guérissait.
C'est pourquoi le vieil Indien s'assoit encore sur la terre au lieu de s'en éloigner et de prendre appui au delà de ses forces qui donnent la vie.
Pour lui, être assis ou allongé à même la terre le rend capable de penser plus profondément et de sentir plus intensément.
Sa vision pénètre plus clairement les mystères de la vie et il devient plus proche en parenté avec les autres formes de vie.

Je vous invite à un temps de méditation à partir de ce texte en ce samedi 23 septembre, en compagnie des chevaux.

Comment les chevaux nous accompagnent -ils dans ce mouvement d'intériorisation?

groupe chevaux

SE POSER, FAIRE LE POINT,

- c'est d'abord prendre contact avec la Terre , élément associé à l'automne, et donc avec son corps, avec ses sensations.
Les chevaux vivent naturellement posés sur la terre, enracinés et à l'écoute de toutes leurs sensations.

Dans leur mémoire archaïque d'animaux menacés par des prédateurs, du temps où ils vivaient libres , à l'état sauvage ,il était indispensable pour leur survie d'être attentifs à toutes les sensations pouvant signaler la présence d'un danger.

- c'est aussi vivre pleinement le moment présent: pour les mêmes raisons, liées à leur survie, les chevaux sont complètement inscrits dans le moment présent .

Nous profiterons ensuite d'un moment de partage de nos ressentis et de ce que ce moment aura inspiré en nous..

Nous y ajouterons le plaisir de partager ce que chacun aura apporté: fruits, biscuits, boissons...en signe de gratitude pour la Terre .


Renseignements et inscription: 0603228172

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.revedecheval.com/index.php?trackback/183

Fil des commentaires de ce billet