La psychologie biodynamique de Gerda Boyesen

Gerda Boyesen était une psychologue norvégienne formée à l’analyse reichienne et à la physiothérapie.

En fondant et en créant la « psychologie biodynamique », elle a développé une méthode unique de psychothérapie basée sur l’étude de la circulation de l’énergie vitale (bioénergie) qui influence les processus de la personne à différents niveaux.

La personne est considérée comme une unité où les processus du corps et de la psyché sont en relation les uns avec les autres.

Chaque émotion, chaque choc, chaque frustration a une conséquence directe autant sur la physiologie de la personne que sur sa psychologie. Naturellement, l’organisme sain a la capacité d’exprimer, de résoudre et de « digérer » des perturbations émotionnelles même graves.

Lorsque les émotions ne sont pas exprimées et les conflits non résolus, le stress s’accumule, couche par couche jusqu’à l’apparition de symptômes physiques et, ou psychologiques.

Ceci est particulièrement grave surtout pendant les premières années du développement physique et émotionnel de l’enfant. Il est alors possible que l’organisme perde, totalement ou en partie cette capacité naturelle d’auto régulation et d’auto-guérison.

Trop souvent, dans un contexte défavorable, l’enfant va enfouir sa véritable personnalité et développer une personnalité secondaire pour faire face à cet environnement en termes d’adaptation et de compromis avec lui-même. L’enfant va faire un effort pour retenir ses émotions. Celui-ci  va s’inscrire dans des tensions musculaires spécifiques et l’énergie vitale sera entravée dans sa libre circulation.

La thérapie biodynamique cherche à restaurer cette capacité naturelle d’auto régulation, et à soutenir et encourager l’expression de la personnalité profonde et vivante, qu’elle appelle la personnalité primaire.

Elle est basée sur un concept fondamental qui se manifeste par un processus corporel : Le cycle émotionnel et le psycho-péristaltisme.

Ce cycle décrit la montée d’une émotion puis sa dissolution qui entraînent une grande séquence de changements physiologiques avant de revenir à un état normal.

Pour Gerda Boyesen, les mouvements péristaltiques des intestins participent à ces changements physiologiques en « digérant » les résidus biochimiques liés au stress lorsque celui-ci est passé.

Ce « nettoyage » permet à l’énergie vitale de circuler à nouveau librement dans le corps et dans les cellules.

__La personnalité primaire peut alors se libérer et s’exprimer ouvertement entraînant un bien-être physique et psychique. __

Publié le mercredi 11 novembre 2009 par Nicole Andress